Bienvenue dans la Selva

25 mai 2011

Bienvenue dans la Selva

Tant de jours sans écrire, il fallait forcément un retour en force et quoi de mieux que de jolies filles, des paires de fesses et des ragots pour éveiller l’attention des lecteurs endormis?

Mais attention il n’est pas question ici que d’allécher vos plus bas instincts en exposant ce que gâchent les mamitas de la sierra sous leurs piles de jupes, mais bien, et comme toujours d’une analyse sociologique de la plus haute pertinence. Ces quatre donzelles sont les sirènes de la Cataracta Bayoz, un lieu touristique de la Selva Central. Quatre jeunes filles qui sont entrées en micro maillot, poussant de petits gémissements fouettées par l’eau froide et prenant des poses ultra suggestives pour entrer dans la postérité des calendriers. Quatre minettes de Lima étudiantes en « aviation commerciale » venues là avec leur classe en week-end de promo. Quatre petits chanceuses qui profitent de la vie et ses expériences, allumeuses, séductrices, un peu évanescentes aussi quand il s’agit de conclure comme beaucoup de filles d’ici. L’écume d’une génération choyée, filles de la classe moyenne émergente, fan de mode, de musique, postant des coeurs partout et écoutant des balades en anglais.

Je suis revenue au Pérou comme au coeur de la tempête après quelques semaines sur une île de plus en plus privée qu’on appelle la France. Ici c’est la fin de la récolte du café, des gars aux bras musclés soulèvent des sacs et des sacs à n’en plus finir, les cours de la bourse jouent avec les nerfs des petits producteurs, la ville n’est plus qu’un nuage de poussière perdue entre les allées et retours des camionnettes. Les partisans de Keiko redressent la barre et inondent les rues, les radios, les télés de campagnes de pub pour que la fille du dictateur accède à la présidence ce 5 juin. Economiquement plus rassurante, elle a toutes ses chances. Avec Humala, le candidat adverse, ils sont tout de même la preuve que le Pérou est écartelé entres ses pauvres oubliés et ses exemples de plaisir et réussite que sont nos minettes liméniennes. Cette fois les plus pauvres et les intellos « gauchistes » ont voté et sanctionnés.

Le Pérou bouge et change à 100 à l’heure. Effervescent de tous côtés. Et se détachant chaque jour un peu plus à mes yeux de la carte postale des lamas et ponchos qui survivent encore dans quelques communautés andines. Le Pérou d’aujourd’hui a aussi des dents blanches, un sourire aguicheur, des fesses bien formées, un esprit mutin… Même si il n’est pas encore la majorité il se pourrait bien que ce soit avec ces filles éprises de la société de consommation et des clichés de magazine que se dessine son futur. Entre traditions et modernité.

Partagez

Commentaires

René Nkowa
Répondre

Entre traditions et modernité...

Dur dur de choisir entre s'accrocher aux us d'un autre temps ou de se laisser entraîner par la vague de la modernité. Les deux ont leurs bons et mauvais côtés! Mais les jeunes en majorité considèrent les traditions de leurs parents comme dépassées! Du coup, on a (et pour notre plus grand malheur) des sociétés fractionnées en deux!

manon
Répondre

Je suis étonnée que David n'ait pas encore vertement commenté cet article fort convivial...
Plus sérieusement, très intéressant, ce retour au Pérou avec les yeux d'une Française revenue du bercail, et ta plume ne cesse de me séduire.

Alimou
Répondre

@Manon, ne t'inquiète, tôt ou tard David laissera sa trace au bas de ce billet.
Au-delà de la beauté de la plume - elle est confirmée - c'est surtout l'image de ces minettes aux formes enivrantes qui me donne envie de casser ma tirelire pour me taper un inoubliable safari à travers La Selva Central au fin fond du Pérou. Merci Christal de me faire rêver. Enamorate!

Christelle BITTNER
Répondre

Vous êtes faibles vous autres... merci.

Christelle BITTNER
Répondre

@Alimou oulalala ici tu serais servi et tu ne repartirais jamais... C'est le pays des amours torturés et addictifs. @Manou merci pour ces beaux compliments. @David vaut-elle Ruth?

manon
Répondre

Christelle, Ruth est un ange, un pur esprit. David me comprendra.

Christelle
Répondre

@manon... ruth est une muse!

jeogo
Répondre

Ce billet m'a franchement réveillé.Si c'est cela le Pérou d'aujourd'hui, il vaut bien le détour pour moi.J'espère qu'elles aiment bien les aussi les africains bien musclés,ahahah!
Sérieusement, les péruviens trouvent-ils vraiment rassurant la fille d'un dictateur qui s'est fait la malle avec l'argent du peuple et qui est en prison en ce moment?

Kpelly
Répondre

Eeeeeeh christelle!wallahi t'as bien frappé la! Que dire?je lai dit a yaoundé, ta plume nous dézingue sur mondoblog mais je sais plu koi dire. Mais dis moi,tè comme ca rentrée dans la communauté fessique de mondoblog hein!bienvenue alors et parle nous sans complexe des paires de fesses qui vous détendent là bas. Christelle je te jure que je vaux ma ruth. Ma manon stp,garde nos secrets, ns secrets a toi et a moi. Alimou jai déja validé cet article super fessique et accepté christelle dans notre glorieuse communauté de fessologues. Qui dit mieux?

Christelle
Répondre

@david, muchas gracias!! Oui ça me prend de temps en temps, ça détend les fesses et question plume tu te défends pas mal du tout toi non plus... A plus avec ou sans Ruth

René Nkowa
Répondre

Kpelly, quel secret? Celui du foulard? Lol!
Manon, j'avoue que malgré toutes ses explications, Davidos n'a pas réussi à décanter le flou qu'il y a dans ma tête au sujet de sa Ruth! Est-ce un ange comme tu le dis ou est-ce une midinette bien réelle, je ne saurai le dire.
Christelle, c'est vrai que ce serait une réelle sublimation si moi aussi je pouvais faire une escapade dans les Andes. Mais pas au point de vouloir y rester, quand même! Je viendrai juste pour voir, c'est tout. Mais sait-on jamais, l'une des filles en photo pourrait me convaincre d'y demeurer... Surtout celle au bikini multicolore! Hé! Hé! Hé! ;)