Le Pérou avec les doigts. Leçon1, les Humitas.

13 novembre 2010

Le Pérou avec les doigts. Leçon1, les Humitas.

Ici, la cuisine est une chose sérieuse, une fierté nationale et si un péruvien vous parle de ses plats nationaux c’est avec une lueur gourmande au coin de l’œil. A mon arrivée j’avais fait découvrir les crêpes, ici on m’a appris les « humitas », une douceur de maïs qui fond en bouche.

Au Pérou la carte salée est un éventail : ceviche (poisson cru cuit dans le jus de citron et les oignons), pachamanca (viandes enrobées de coriandre et cuites à même la terre), lomo saltado (bœuf en lamelles sauté…), et toute la panoplie des poulets : à l’origan, au jus, « entomaté », à la moutarde… Mais de dessert, il n’en ait point. Quelques gâteaux en crèmes et couleurs artificielles pour les anniversaires et c’est tout. Je restais sur ma faim de gourmande qui se lèche les doigts de sucre quand j’ai découvert les humitas. Une feuille de maïs qu’on déballe soigneusement pour accéder au Graal, un cœur de pâte sucrée.

Les humitas sont un plat de montagnes, là on pousse le maïs blanc qui lui sert de base. Mais comme ceux qui vivent dans la Selva (jungle) sont principalement des colons des montagnes venus en quête de terres cultivables, la tradition ne s’est pas perdue. Il ne me restait qu’à convaincre une grand-mère, Lucia, 90 ans, de m’enseigner les secrets qui se cachent derrière cette enveloppe de maïs. Pour Mondoblog, voilà son cours de cuisine.

Acheter une vingtaine de maïs « choclo », blanc.

Les effeuiller un à un en gardant les feuilles les plus grandes pour envelopper à nouveau la pâte.

Égrener un à un chaque épi à la force des doigts qui s’enfoncent dans la chair juteuse.

Moudre à l’aide de bars musclés les grains du maïs, plus il est juteux, meilleur c’est.

Mélanger cette chair blanche à un demi kilo de sucre, des clous de cannelle, une pincée de sel et de bicarbonate, quelques grains d’anis, 50 grammes des beurre fondu, de l’essence de vanille et quelques raisins secs.

Tapisser le fond d’une marmite d’une dizaine d’épis dégarnis pour que se couchent sur ce lit les précieuses humitas.

Remplir les feuilles gardées de côté de deux cuillères à soupe de la chair blanche et sucrée.

Replier en forme de triangle et empiler soigneusement dans la marmite jusqu’au sommet.

Verser une bouilloire pleine d’eau chaude sur l’ensemble, poser un couvercle et laisser mijoter une demi heure.

Si les humitas, dans leur désir fou de croissance, cherchent à s’échapper de la casserole, adopter la technique de Lucia : une pierre de chaque côté du couvercle, l’eau qui déborde tant qu’elle n’éteint pas le feu, on survivra.

Laisser refroidir dans la marmite une petite heure. Servir tiède avec un café de la Vallée de Chanchamayo ou un thé. Déplier la feuille de maïs les doigts brûlants d’envie, souffler très vite et déguster. L’humita fond en bouche mais on peut aussi la déguster froide au petit déjeuner. Comme les crêpes!

Partagez

Commentaires

manon
Répondre

Supers photos! La recette fait saliver, mais je n'ai pas envie de tenter un ratage organisé... il me faudra attendre d'aller au Pérou un jour.

Christelle BITTNER
Répondre

Mais on t'attend!!

Boukari Ouédraogo
Répondre

Fais attention avec ces genres de papiers lol. Tu as fait l'homme a saliver alors qu'il n'a pas l'occasion de gouter à ces merveilles. Prochainement, je te parlerai des poulets "bicyclettes" ou "mademoiselle" de Ouaga. J'espère que tu vas autant saliver et ce sera ma revanche lol

Christelle BITTNER
Répondre

C'est mignon tous ces noms en tout cas... ici aussi ils sont fous de poulet... On devrait organiser une compet!

chrys
Répondre

Je connaissais pas la recette! trop bon :) Merci

upendo2010
Répondre

Je parie que c'est très nutritif, ce plat!

sonia
Répondre

Merci, je viens d’acheter une humita sur le marché de Huancayo, et je ne connaissais pas le nom.Donc merci de partager ton expérience, j’ai un peu plus de culture grâce à toi ) Ajaa la comida, mmmmh que ricaaaa !
Biz à tous les amoureux du voyage et de la découverte !
Sonia

Christelle BITTNER
Répondre

Merci à toi de la lire... C'est très bon en effet et Huancayo, même si au début elle ne me séduisait pas, est un détour qui "vale la pena" pour connaître un Pérou moins touristique... Excellentes aventures.

Une péruvienne gourmande :)
Répondre

Super blog sur ta vie au Pérou, et très joliment écrit...! Un petit conseil, si tu veux découvrir d'autres délicieux desserts péruviens : partout au Pérou tu as la Mazamorra Morada ou le Arroz zambito. A Lima, va déguster des alfajores à "La Casita del Alfajor", puis chez "La maga" (Av. Benavides 1113, Miraflores) et teste un des Suspiros (Chirimoya ou lucuma, mmm). Ensuite, si tu veux tester quelques desserts d'un coup va simplement chez Wong, et achète une portion de Turron de chocolate + une autre de Tres leches. Pour les glaces: Laritza! Pour les Tejas et Chocotejas (à emporter en France à ton retour...): Helena. En dehors de Lima, à Cuzco goûte à la classique Leche asada, à Cajamarca au Manjarblanco, à Chiclayo aux différents Kinkones, en Amazonie aux glaces de aguaje (mais tu dois déjà connaître...). Et boit beaucoup d'eau, les desserts péruviens sont souvent très sucrés. :)

Christelle BITTNER
Répondre

Merci! Alors je suis difficile sur les desserts péruviens. j'aime pas la mazamorra ni la geli mais beaucoup le riz au lait vendu dans des petits pots par des minettes dans la rue. J'ai attrapé une allergie au manjar en Argentine et c'est rayé de ma vie. Les Tejas de Ica je vote pour. Et on l'aurait deviner les galces ou mêmes jus de fruits glacés et onctueux sont mes desserts préférés. L'aguaje j'y ai goûté à Puccapla et Iquitos, souvenirs émus... mais mangue, melon, chririmoya j'aime... Si tu connais des adresses gourmandes et équitables ou bio, j'ai en projet un guide sur le sujet, ça peut m'intéresser... excellente dégustation!